Skip to main content

Les chiffres clés du retail – Mars 2022

De 31 mars 2022avril 4th, 2022Performance Point de Vente
Les chiffres clés du retail - Mars 2022

Impact de l’inflation sur le comportement d’achat des Français, baisse du chiffre d’affaires dans le commerce spécialisé et relation entre les marques responsables et les consommateurs… Découvrez notre sélection des chiffres clés du retail du mois de mars.

Quelles sont les comportements d’achat face à l’inflation ?

Selon l’étude à propos de l’inflation, menée par Invibes Advertising auprès des consommateurs français, 78% d’entre eux seraient inquiets à ce sujet et sur son impact sur le pouvoir d’achat. Parmi ces 78%, nous pouvons constater que la majorité proviennent de la tranche d’âge des 45-65 ans, suivi de près par les 18-24 ans (76%, des 25-44 ans (75%) et des plus de 65 ans (69%). 

Quel impact sur les produits du quotidien

Pour 71% des consommateurs français, l’inflation aura un impact considérable sur leur pouvoir d’achat et 79%, affirment qu’il aura un impact sur leurs achats de loisir.

Parmi les nombreux produits touchés par cette inflation voici les résultats de l’enquête par typologie de produits :

  • Les produits d’énergie : 67%
  • L’alimentaire : 56%
  • Les produits d’électroménager et électroniques : 25%
  • Les produits de loisir : 13%
  • Les autres produits : 3%

Il en est de même pour la provenance des produits :

  • Made in France : 55%
  • Fabrication à l’étranger : 38%
  • Produits bio : 31%
  • Issus du commerce éthique : 21%
  • Autres 4%

Les nouveaux comportements d’achat face à l’inflation

Selon les résultats de l’étude, 83% des consommateurs estiment que l’inflation aura un impact et une influence sur le comportement d’achat à adopter.
En effet, 58% d’entre eux envisagent de reporter les achats jugés non prioritaires, 55% vont réduire leur consommation globale, 40% vont comparer les prix des produits similaires et 32% vont comparer les prix des différentes enseignes.
Ainsi, 62% des consommateurs français admettent préférer les points de vente physiques afin de comparer plus facilement les prix, tandis que 58% estiment qu’effectuer leurs achats en ligne serait synonyme d’économies.

Source : Comarketing

Le commerce spécialisé, toujours en difficulté…

Une baisse de chiffre d’affaires de 6,4% dans le commerce spécialisé, a été constaté au mois de février 2022 (par rapport à 2019).

Quels sont les secteurs touchés

Cette baisse de performances se poursuit dans différents secteurs :

  • Chaussures : -25,6%
  • Restauration : -20,4%
  • Textile : -11,2%.

Malgré une baisse considérable dans ces trois secteurs, certains ont sorti la tête de l’eau :

  • Equipement de la maison : +14,5%
  • Alimentaire spécialisé : +8,4%.

Ventes en ligne et fréquentation des commerces physiques…

Le commerce en ligne connaît lui aussi une baisse de performance notable. Ainsi, les ventes en ligne ont baissé de -25,9%, par rapport à 2021, malgré une hausse d’activité de 64% par rapport à 2019.

Du côté des commerces physiques, la fréquentation reste en baisse (-10,6%) par rapport à la période pré-pandémie (2019). Sur la période janvier-février, ces chiffres restent tout de même encourageants, puisque l’on a enregistré une hausse de fréquentation de 16%.

Même si les ventes en ligne restent supérieures à 54% (par rapport à la même période en 2019), sur les mois de janvier et février les ventes ont baissé de 9,8%, pouvant confirmer la hausse de fréquentation des magasins physiques sur cette même période.

Du côté de l’habillement…

Si les grandes enseignes de diffusion et les chaînes spécialisées de prêt-à-porter connaissent une certaine stabilité dans leurs résultats (respectivement -3,3% et +1%), l’Alliance du Commerce nous a récemment indiqué que la guerre en Ukraine aurait eu un impact considérable sur les ventes de fin février.

De manière générale, dans le commerce, l’ensemble des ventes à connu une hausse de 13,4%, ce qui vient contrer la chute de 30,2% du commerce en ligne de prêt-à-porter.

Les consommateurs et les marques responsables, quelle relation ?

Comme nous avons pu le voir précédemment, le pouvoir d’achat est un enjeu important chez les consommateurs. Les enjeux écologiques n’arrivent qu’en 4ème position derrière le pouvoir d’achat, la santé et la sécurité. Ainsi, pour 52% des consommateurs français, le pouvoir d’achat est le numéro 1 de leur préoccupation et pour 27% c’est l’écologie.

La confiance des Français envers les marques

Parmi les nombreux secteurs pouvant inspirer confiance, les entreprises et les marques n’arrivent qu’en 5ème position (31%), se classant derrière les ONG (44%), les institution publique (34% et les politiques locales (33%). En dernière position, les influenceurs (7%), n’arrivent pas à gagner la confiance de tous les consommateurs français.

La RSE chez les marques, qu’en est-il ?

Chez les marques, la RSE est un enjeu majeur qu’elles ont bien du mal à communiquer auprès des consommateurs. En effet, même si la publicité contribue positivement à la vie de la société (pour 55% des français), il reste un gros travail de la part des entreprises pour bien communiquer sur ce sujet.
Voici les différentes raisons pour lesquelles, les marque ont de la difficulté à toucher un public de plus en plus exigeant, quant à leurs engagements responsables :
• Les consommateurs ne sont pas capables de citer de manière spontanée une marque dite responsable : 70% (+6% par rapport à 2020)
• Pour 7 français sur 10, il est compliqué de reconnaître une marque responsable
• Les consommateurs ne sont pas assez informés sur les enjeux responsables des marques : 73%
Le résultat est sans appel, seul 28% des consommateurs français accordent leur confiance envers la communication RSE des marques (-4% par rapport à 2020).

Et l’acte d’achat ?

Il n’est pas surprenant d’affirmer que c’est sur le lieu de vente que les marques doivent communiquer afin de toucher directement leur cible sur leurs engagements RSE.

En effet, 54% des Français déclarent être davantage réceptifs aux communications sur le lieu de vente, notamment lorsqu’il s’agit de RSE.

Les publicités sur le lieu de vente se placent donc en première place, devant la publicité télévisée, le cinéma ou le sponsoring sportif (29%), et les publicités dans les transports en commun ou dans la rue (20%).

Source : Comarketing

Laisser un commentaire